Comment renforcer son système immunitaire grâce à l’alimentation ?

L’immunité

Nous sommes exposés à une multitude de micro-organismes nocifs, tels que les virus, les bactéries ou les parasites. Contre ces agents infectieux, nous sommes dotés d’un système immunitaire qui nous protège. Notre système immunitaire représente les défenses de l’organisme et fonctionne un peu comme une forteresse !

Dès que l’un de ces envahisseurs arrive à passer dans notre corps, une véritable armée passe à l’attaque pour tenter de le détruire. Une première ligne de soldats, les macrophages et les globules blancs, vont stopper l’ennemi. On ne s’en rend pas compte mais cette armée passe son temps à nous débarrasser des intrus.

Notre système immunitaire est déjà actif à la naissance, c’est ce qu’on appelle l’immunité innée, mais il continue à se construire et se perfectionner tout au long de notre vie. C’est ce qu’on appelle l’immunité acquise. Sans système immunitaire, l’organisme ne serait plus protégé contre les microbes, les virus, les substances toxiques… alors comment préserver et même renforcer notre système immunitaire grâce à l’alimentation ?

Notre alimentation est au cœur de la régulation de notre immunité

Elle module notre capacité à nous défendre de manière optimale selon plusieurs mécanismes qui sont les suivants :

  • Un microbiote intestinal de qualité fait office de protection et régule très positivement l’immunité. Nous savons aujourd’hui que notre microbiote intestinal est directement lié à notre alimentation.
  • Un statut nutritionnel optimisé permet aux cellules immunitaires de fonctionner de manière optimale et de les renforcer.
  • Une faible contamination au xénobiotiques : un xénobiotique est une molécule chimique polluante et parfois toxique à l’intérieur d’un organisme, y compris en faibles voire très faibles concentrations. Deux cas typiques de xénobiotiques sont les pesticides, et les médicaments, en particulier les antibiotiques.
  • Une pratique régulière d’activité physique a un effet direct sur l’immunité. Il améliore la circulation sanguine, indispensable au transport de l’oxygène et des nutriments par le cœur auprès de chaque organe. Si la circulation est mauvaise, c’est tout le système du corps humain qui en pâtit.  Le sport concourt à l’augmentation des cellules de l’immunité et diminue le risque infectieux grâce à un phénomène d’adaptation.
  • L’alimentation à elle seule nous permet déjà d’être le gardien de feu de notre corps.

Une alimentation anti-inflammatoire, associée à la pratique d’exercices physiques et à un sommeil récupérateur, offre des avantages santé non négligeables :

  • un meilleur contrôle du poids
  • une diminution des risques d’ostéoporose et d’arthrite
  • une diminution significative des risques de maladies cardiovasculaires (diminution de la tension artérielle à court et à moyen terme, des niveaux de cholestérol et de triglycérides dans le sang, une meilleure glycémie…)
  • une réduction du stress et une augmentation de l’estime de soi
  • une augmentation du niveau d’énergie, une meilleure forme physique et une sensation de bien-être
  • une amélioration de la confiance en soi et une meilleure qualité de vie

Rien que ça … !

Manger pour prendre soin de ses défenses naturelles, c’est possible, d’où l’intérêt de soigner son alimentation en période d’affaiblissement de l’organisme : hiver, convalescence, épidémie, stress intense, traitement… 

Il est nécessaire d’éviter les aliments pro-inflammatoires pour la bonne santé de son microbiote. La liste des aliments qui sont reconnus pour avoir un impact néfaste sur notre microbiote (et la santé en général) est majoritairement la suivante :

  • produits transformés
  • sucres raffinés
  • graisses saturées
  • fritures et charcuteries
  • alcool
  • produits carnés et laitiers de mauvaises qualités 
  • junk food et autres fast-food

Notre microbiote réagit et se modifie à chacun de nos repas, en fonction de ce qu’on lui apporte.

Alors même s’ils sont TRES attirants (car ils savent très bien flatter notre appétence naturelle pour le sucre et le gras…), veillez à limiter au maximum la consommation de ces aliments-là.

Orientez-vous vers des produits bruts les moins dénaturés possibles.

  • Les 10 points clés alimentaire de votre immunité
  1. Chouchouter votre microbiote intestinal : il s’agit de la priorité nutritionnelle numéro 1 concernant notre immunité.

2.     Opter pour une alimentation riche en végétaux et en antioxydants le plus possible : indispensable pour prendre soin de son microbiote et lutter contre le stress oxydatif et donc l’inflammation.

  • Préserver vos apports en protéines car tout notre système immunitaire est fondé sur celles-ci !
  • Consommer des aliments riches en magnésium, en zinc, en vitamine A, en vitamine C et en vitamine D. Si nécessaire, pensez à vous complémenter en vitamine D entre Octobre et Mars.
  • Privilégiez des aliments à faible charge glycémique. Une alimentation à faible charge glycémique fait partie des piliers de santé car elle limite la sécrétion d’insuline de manière chronique favorisant l’inflammation chronique et latente et aide à maintenir son poids de forme.
  • Une alimentation riche en oméga 3. Les acides gras omega-3 ont un impact positif significatif sur l’équilibre et le bon fonctionnement du microbiote et donc de l’immunité. En effet, ces acides gras polyinsaturés permettent le développement de bactéries bénéfiques à la flore intestinale, réduisant l’inflammation et améliorant le métabolisme du glucose.
  • Préférez les cuissons douces, pourquoi ? Car c’est le meilleur moyen de préserver les vitamines et les antioxydants présents dans les aliments. Moins votre aliment est coloré par la cuisson, mieux c’est !
  • Privilégiez une alimentation locale et de saison. Exit le plus possible les contaminants, en particulier les pesticides et autres biocides qui sont des composants « immunotoxiques » qui affaiblisse notre immunité.
  • De l’alcool avec modération et une hydratation journalière suffisante. L’alcool de manière chronique affaiblit le fonctionnement de notre système immunitaire. Les vaisseaux sanguins propagent l’alcool dans tout le corps, qui se voit donc totalement affecté par les effets des boissons alcoolisées et leur décomposition dans l’organisme. Concernant l’eau, outre le fait d’être absolument vital et essentiel pour la santé, bien s’hydrater participe également grandement au bon équilibre du microbiote intestinale.
  • Limitez (si vous le pouvez) le recours aux antibiotiques et surtout aux anti-inflammatoires. Demandez conseil à votre médecin !

Rappelez-vous qu’il n’est jamais trop tard pour soigner son alimentation et donc son microbiote intestinal !

Lire : L’équilibre acido-basique

Lire : 9 raisons d’améliorer son alimentation

Suivre:
Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *